Jan Šinágl angažovaný občan, nezávislý publicista

   

Strojový překlad

Kalendář událostí

pá srp 26 @15:00 -
Lošany: Otevření Památníku rodiny Mašínů

Nejnovější komentáře

  • 12.08.2022 12:59
    ... Podle vládního zdroje má nicméně horká kandidátka podporu ...

    Read more...

     
  • 09.08.2022 12:44
    Díky, díky, díky. Když mi bylo 17 až 19 let, tak můj parťák byl ...

    Read more...

     
  • 06.08.2022 14:37
    Jak jste se právě od sudetoněmeckého pisálka dozvěděli, vzal ...

    Read more...

     
  • 05.08.2022 13:06
    Na Ukrajině padla plukovnice, která se chlubila zabíjením.

    Read more...

     
  • 05.08.2022 11:12
    Exekutor zabavil dům investora Krúpy. Ve prospěch firmy, s ...

    Read more...

     
  • 04.08.2022 13:45
    Rusko nyní spaluje zemní plyn tak intenzivně, že je plamen ...

    Read more...


Portál sinagl.cz byl vybrán do projektu WebArchiv

logo2
Ctění čtenáři, rádi bychom vám oznámili, že váš oblíbený portál byl vyhodnocen jako kvalitní zdroj informací a stránky byly zařazeny Národní knihovnou ČR do archivu webových stránek v rámci projektu WebArchiv.

Citát dne

„Komunismus znamená v pravém a úplném smyslu bludné učení, že nikdo nemá míti žádné jmění, nýbrž aby všechno bylo společné, a každý dostával jenom část zaslouženou a potřebnou k jeho výživě. – Bez všelijakých důkazů a výkladů vidí tedy hned na první pohled každý, že takové učení jest nanejvýš bláznovské, a že se mohlo jen vyrojiti z hlav několika pomatených lidí, kteří by vždy z člověka chtěli učiniti něco buď lepšího neb horšího, ale vždy něco jiného než je člověk.“

Karel Havlíček Borovský ve svém časopise „SLOVAN“ 26.7.1850


SVOBODA  NENÍ  ZADARMO

„Lepší je být zbytečně vyzbrojen než beze zbraní bezmocný.“

Díky za dosavadní finanční podporu mé činnosti.

Po založení SODALES SOLONIS o.s., uvítáme podporu na číslo konta:
Raiffeisen Bank - 68689/5500
IBAN CZ 6555 0000000000000 68689
SWIFT: RZBCCZPP
Jan Šinágl,
předseda SODALES SOLONIS o.s.

Login Form

Macron Emanuele mobil Pagasus 7 2021

N'oublions pas que l'ancien ministre de la Justice de la République tchèque Pavel Němec, après la fin de sa carrière politique, a créé une autre entreprise lucrative en plus de sa pratique juridique lucrative. En particulier, elle fournit le système de cryptage des téléphones portables depuis 2014 à certains politiciens, hommes d'affaires, personnels judiciaires et « entrepreneurs politiques ». Elle est considérée comme une éminence grise de la justice tchèque. Qui contrôlait ou contrôle Pavel Němec ? Au cours de son ministère, un système d'exécution pénale a été introduit. Il est également « devenu célèbre » pour la libération du prince qatari Sani, reconnu coupable d'abus sur mineurs. Aujourd'hui, il vit dans le luxe… J.Š.

***

En 2019, les numéros du chef de l’Etat, de son premier ministre et de quatorze ministres alors en exercice ont été sélectionnés pour une éventuelle mise sous surveillance par le logiciel espion. Contacté par « Le Monde », l’Elysée affirme : « Si les faits sont avérés, ils sont évidemment très graves. Toute la lumière sera faite sur ces révélations ».

Emmanuel Macron adore ses téléphones portables. Pour le président français, ils sont un outil de travail, un moyen de gouverner et même un symbole de sa modernité. Deux iPhone trônent à ses côtés sur son portrait officiel et, dans la vidéo tournée en mai avec les youtubeurs McFly et Carlito, on le voit dans les salons de l’Elysée en train d’en dégainer un pour appeler le footballeur Kylian Mbappé.

Mais l’utilisation de ces appareils s’est peut-être retournée contre lui. L’un des numéros du président de la République, qu’il utilise, selon nos informations, régulièrement depuis au moins 2017 et jusqu’à ces derniers jours, figure dans la liste des numéros sélectionnés par un service de sécurité de l’Etat marocain, utilisateur du logiciel espion Pegasus, pour un potentiel piratage. Des numéros de téléphone appartenant à Edouard Philippe, alors premier ministre, ainsi qu’à quatorze autres membres du gouvernement ont également été visés.

Ces numéros de téléphone font partie d’une liste en comptant plus de 50 000, consultée par l’organisation Forbidden Stories et Amnesty International avant d’être partagée avec seize médias, dont Le Monde, réunis au sein du « Projet Pegasus ». Selon les analyses menées par le consortium et Amnesty International, la présence d’un numéro dans cette liste signifie qu’un client de Pegasus s’y est intéressé et a envisagé une possible infection.

L’authenticité de cette liste et son lien avec le logiciel espion Pegasus ont notamment été établis en analysant plusieurs dizaines de téléphones dont les numéros y figurent. Dans une grande majorité de cas, des traces techniques laissées par Pegasus y ont été trouvées, souvent quelques secondes après l’apparition sur la liste du numéro de téléphone correspondant. …

https://www.lemonde.fr/projet-pegasus/article/2021/07/20/projet-pegasus-un-telephone-portable-d-emmanuel-macron-dans-le-viseur-du-maroc_6088950_6088648.html

***

Emmanuel Macron espionné par le Maroc? Ce qu'il faut comprendre

EXPLIQUEZ-NOUS - Emmanuel Macron fait parti des cibles du logiciel espion Pegasus. Et c’est le Maroc qui en serait à l’origine.

C’est le genre de révélation qui peut créer une crise diplomatique entre le Maroc et la France. Pegasus est un logiciel israélien d’espionnage des téléphones portables. Israël le vend à des Etats, officiellement pour lutter contre le terrorisme. Dimanche, on a appris par une enquête de médias du monde entier et d’Amnesty international que 50.000 numéros avaient été visés par Pegasus.

Et c’est un service de sécurité marocain qui aurait visé un des numéros de téléphone du président de la République mais aussi celui d’Edouard Philippe, de 14 ministres, de députés, de conseillers du président ou de journalistes. Près d’un millier de Français sont sur cette liste ciblée par Pegasus.

Comment est-il possible qu’Emmanuel Macron ait été écouté sans que nos services de renseignement s’en aperçoivent ?

Pegasus est un logiciel hyper sophistiqué, il est furtif, il se camoufle. Il ne laisse quasiment aucune trace: même Apple est incapable de déjouer Pegasus. Il a fallu des années de travaux du laboratoire de sécurité d’Amnesty pour pouvoir détecter des traces du logiciels dans un téléphone.

Et puis c’est surtout un logiciel très intrusif, beaucoup plus intrusif qu’une écoute téléphonique. On appelle ça un maliciel, il peut prendre le contrôle de votre téléphone portable, en extraire des mails, votre répertoire, vous localiser, accéder à vos photos. Même les messageries chiffrées ne lui échappent pas. Et, plus grave, il peut activer votre micro et votre caméra.

Est-ce qu’Emmanuel Macron utilise le téléphone qui est ciblé ?

Oui, on sait qu’il l’utilise régulièrement depuis au moins 2017 et qu’il l’utilisait encore très récemment. Mais tout ce qui est secret défense passe normalement par un téléphone spécifique ultrasécurisé. Il en a plusieurs à disposition, comme le Teorem, un téléphone conçu par Thalès. Mais c’est un téléphone pas du tout commode. Il est complexe, lourd donc il ne l’utilise que pour ses communications les plus sensibles.

Est-ce que ça veut forcément dire que Macron a été espionné ?

Ca, on ne le saura peut-etre jamais. D’autant que la société israélienne qui commercialise Pegasus affirme qu’Emmanuel Macron « n’a pas, et n’a jamais été, une cible de ses clients». Mais bon ; ça ne coûte pas cher de le dire puisque c’est quasiment impossible de savoir si c’est vrai.

Le Maroc, lui, s’offusque qu’on puisse imaginer qu’il espionne le président de la France. Un pays ami. Nos services de renseignements travaillent ensemble dans la lutte contre le terrorisme. Ca fait donc mauvais genre d’être pris la main dans le sac.

Et puis le Maroc affirme même qu’il n’est pas client de Pegasus ; et ça, en tout cas, on est sur que c’est un mensonge. Mais, espionnage ou pas ; la seule présence de ce numéro sur cette liste est un acte hostile du Maroc vis-à-vis de la France.

Ce n’est pas la première fois que le téléphone d’un président est écouté ?

Non c’est presque banal finalement. Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, Francois Hollande ont été écouté par les renseignements américains. Révélation faite par Wikileaks en 2015. Mais Pégasus, ça n’est pas que des écoutes, ça peut vous espionner, c’est encore autre chose.

On imagine bien, ou du moins on espère, que Macron ne dit rien de secret défense sur ses téléphones non sécurisés. Mais le risque, c’est qu’on se serve de photos privées par exemple comme moyens de pression sur le Président. Et à moins d’un an de la présidentielle, c’est forcément très inquiétant.

https://rmc.bfmtv.com/emission/emmanuel-macron-espionne-par-le-maroc-ce-qu-il-faut-comprendre-2046286.html

***

Scandale Pegasus : Emmanuel Macron sur la liste des cibles du Maroc

Le Maroc a sélectionné l’un des numéros du chef de l’État en 2019 pour une possible infection de son téléphone avec le logiciel Pegasus, révèle France Info.

Scandale Pegasus : Emmanuel Macron sur la liste des cibles du Maroc

Le Maroc a sélectionné l’un des numéros du chef de l’État en 2019 pour une possible infection de son téléphone avec le logiciel Pegasus, révèle France Info.

Les révélations se poursuivent au sujet du projet Pegasus. Ce mardi 20 juillet, France Info et 16 autres médias indiquent qu’Emmanuel Macron faisait partie des cibles du Maroc. L’un des numéros de portable du chef de l’État a été sélectionné en 2019 par les services de renseignements marocains pour une éventuelle infection par le logiciel espion développé par la société NSO.

Plusieurs numéros appartenant à des membres de l’entourage d’Emmanuel Macron, comme son ancien chef de la sécurité, Alexandre Benalla, ont également été sélectionnés comme cibles potentielles par les services marocains. De son côté, Le Monde souligne que les numéros de l'ancien Premier ministre Édouard Philippe et de 14 autres ministres, dont Jean-Yves Le Drian, Christophe Castaner, Gérald Darmanin, Bruno Le Maire ou François de Rugy, étaient également sélectionnés par le logiciel espion Pegasus. Des parlementaires et responsables politiques comme François Bayrou du MoDem, le député de La France insoumise Adrien Quatennens, ou encore Gilles Le Gendre figuraient également sur la liste.

« On a trouvé ces numéros de téléphone, mais n'on a pas pu faire d'enquête technique évidemment sur le téléphone d'Emmanuel Macron » pour vérifier s'il a été infecté par ce logiciel et donc « cela ne nous dit pas si le président a été réellement espionné », a expliqué Laurent Richard, le directeur de Forbidden Stories, sur la chaîne d'info LCI. Mais selon lui, que le président ait été ou pas espionné, cela « montre en tout cas qu'il y a eu un intérêt de le faire ».

La société NSO nie les faits

« Si les faits sont avérés, ils sont évidemment très graves. Toute la lumière sera faite sur ces révélations de presse », a réagi l’Élysée. Le logiciel utilisé par le Maroc avait pour but de pénétrer dans le téléphone d'Emmanuel Macron afin d'y récolter différentes données, avoir accès aux conversations et même, peut-être, activer le micro ou la caméra du chef de l’État, explique France Info. De son côté, le royaume chérifien conteste son implication dans cette affaire d'espionnage.

Dans un communiqué publié mardi, NSO a affirmé que le président de la République « n'a pas et n'a jamais été une cible ou n'a jamais été sélectionné comme une cible par des clients de NSO », sans préciser sur quoi elle se base pour l'affirmer. L'entreprise n'a en effet « pas accès aux données de ses clients qui doivent toutefois fournir ce type d'informations ». 

Interrogé sur France Info, François de Rugy a souhaité que « le Maroc fournisse des explications à la France, au gouvernement français et à une personnalité comme moi qui étais membre du gouvernement français lorsqu'il y a eu une tentative d'intrusion et de captation des données de mon téléphone portable », tandis que Gilles Le Gendre a dénoncé sur Twitter « l'extrême gravité de cet espionnage à grande échelle » révélé par Le Monde.

Des dirigeants du monde entier visés

Le président français n'est pas le seul chef d'Etat dont le téléphone a peut-être été espionné via Pegasus. Selon Radio France, le roi du Maroc Mohammed VI et son entourage « sont sur la liste des cibles potentielles », et d'après le Washington Post, autre membre du consortium de médias enquêtant sur cette affaire, elle contient des numéros de deux autres présidents, l'Irakien Barham Saleh et le Sud-Africain Cyril Ramaphosa.

Le Washington Post avance également les noms de trois Premiers ministres en exercice, ceux du Pakistan, Imran Khan, de l'Égypte, Mostafa Madbouli, et du Maroc, Saad-Eddine El Othmani, et d'un total de sept Premiers ministres au moment où ils ont été sélectionnés sur la liste, dont le Libanais Saad Hariri, l'Ougandais Ruhakana Rugunda, et le Belge Charles Michel.

Avant même que ces nouvelles informations n'aient été dévoilées, la justice française a ouvert une enquête mardi pour examiner la plainte de journalistes qui auraient également été ciblés par le Maroc à l'aide de Pegasus, selon le consortium.

https://www.lepoint.fr/societe/scandale-pegasus-emmanuel-macron-sur-la-liste-des-cibles-du-maroc-20-07-2021-2436255_23.php

***

J'ai informé l'Ambassadeur du Royaume du Maroc à Prague du scandale à l'Ambassade de la République tchèque à Rabat

J.Š. 21.7.2021

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)
Share

Komentovat články mohou pouze registrovaní uživatelé; prosím, zaregistrujte se (v levém sloupci zcela dole)