Jan Šinágl angažovaný občan, nezávislý publicista

   

Strojový překlad

Kalendář událostí

pá srp 26 @15:00 -
Lošany: Otevření Památníku rodiny Mašínů
čt zář 08 @18:00 -
Praha JIC: Hanzelka a Zikmund v Japonsku 1963

Nejnovější komentáře

  • 19.08.2022 10:14
    KLAUS POSLAL DO LIKVIDACE SVOU NADACI LIKVIDÁTOREM JE ...

    Read more...

     
  • 18.08.2022 16:26
    V památníku na Blanensku si připomněli válečný transport Romů ...

    Read more...

     
  • 18.08.2022 15:13
    A jak to vypadá v centrále rozvědky Ředitel naší bezpečnostní ...

    Read more...

     
  • 17.08.2022 15:53
    V rámci svých zkušeností s českou justicí a obecně všemi ...

    Read more...

     
  • 17.08.2022 15:43
    Zdražení elektřiny a inflace nesouvisí s válkou na Ukrajině ...

    Read more...

     
  • 17.08.2022 15:33
    Přehodnocení naší reakce na covid Opravdu v pondělí ...

    Read more...


Portál sinagl.cz byl vybrán do projektu WebArchiv

logo2
Ctění čtenáři, rádi bychom vám oznámili, že váš oblíbený portál byl vyhodnocen jako kvalitní zdroj informací a stránky byly zařazeny Národní knihovnou ČR do archivu webových stránek v rámci projektu WebArchiv.

Citát dne

„Komunismus znamená v pravém a úplném smyslu bludné učení, že nikdo nemá míti žádné jmění, nýbrž aby všechno bylo společné, a každý dostával jenom část zaslouženou a potřebnou k jeho výživě. – Bez všelijakých důkazů a výkladů vidí tedy hned na první pohled každý, že takové učení jest nanejvýš bláznovské, a že se mohlo jen vyrojiti z hlav několika pomatených lidí, kteří by vždy z člověka chtěli učiniti něco buď lepšího neb horšího, ale vždy něco jiného než je člověk.“

Karel Havlíček Borovský ve svém časopise „SLOVAN“ 26.7.1850


SVOBODA  NENÍ  ZADARMO

„Lepší je být zbytečně vyzbrojen než beze zbraní bezmocný.“

Díky za dosavadní finanční podporu mé činnosti.

Po založení SODALES SOLONIS o.s., uvítáme podporu na číslo konta:
Raiffeisen Bank - 68689/5500
IBAN CZ 6555 0000000000000 68689
SWIFT: RZBCCZPP
Jan Šinágl,
předseda SODALES SOLONIS o.s.

Login Form

Jaspers KarlJaspers aversJe ne peux que recommander ce livre. Il est constamment réimprimé et épuisé. J.Š.

***

Dans la conception de Jaspers, l'homme n'est qu'une existence possible ; tout homme ne devient pas réellement une existence : devenir une existence est la tâche de l'homme, sa mission, cela ne fait pas partie de son don, de sa nature. Contre cette mission, chaque homme peut être coupable, peut échouer, et de diverses manières. Voilà la nouveauté : le sujet n'est plus ce qui "est", ce qui perdure au milieu de la mutabilité de la vie, mais quelqu'un qui arrive, qui "devient", qui peut échouer en cela, qui peut être coupable non seulement envers les autres mais aussi envers lui-même, envers sa vocation à l'existence, qui bloque son propre avenir et se perd lui-même. Jaspers va même plus loin et affirme que l'on devient existant dans des situations liminaires et que c'est dans celles-ci que l'on échoue également. Ce naufrage, cependant, est déjà préparé dans la vie quotidienne comme une transgression.

Jaspers reversOn pourrait donc dire que l'homme en tant que celui qui " est ici " (dans son " Dasein ") devient un homme d'existence en particulier aussi en prenant conscience de ses échecs concrets, de ses transgressions. Le problème de la culpabilité est donc avant tout et fondamentalement une affaire interne, intrinsèque, de chaque homme lui-même ; celui qui ne parle que des fautes des autres n'a pas encore grandi, n'est pas vraiment devenu un homme, parce qu'il ne connaît pas du tout ses fautes (ce qui est mauvais) ou ne veut pas les admettre (ce qui est pire). Prendre réellement conscience de sa culpabilité, c'est éveiller en soi un homme, devenir un homme éveillé, nouveau, renaître, en quelque sorte, seulement renaître. Le philosophe, selon Jaspers, doit répondre à des exigences plus vastes et plus larges que l'aspect strictement professionnel ; il doit également faire preuve d'intégrité dans sa vie personnelle et, surtout, dans ses responsabilités sociales et politiques. Et cela est précisément impossible sans une bonne compréhension de la situation.

"Vous ne devez pas penser que vous en avez fait assez avec vos réalisations spirituelles. Chacun d'entre nous est à blâmer s'il reste inactif. La passivité sait qu'elle est coupable de tout manquement moral qui néglige le devoir de comprendre d'entreprendre toute activité possible pour protéger les personnes vulnérables, pour soulager l'injustice, pour résister au mal. Ceux qui ont participé à la folie raciale, ceux qui ont eu des illusions de construction fondées sur la tromperie, ceux qui ont acquiescé aux crimes qui se déroulaient déjà, sont non seulement responsables mais doivent être moralement régénérés. La question de savoir si cela est possible et comment y parvenir est une affaire personnelle qui ne peut guère être jugée de l'extérieur. La culpabilité métaphysique est le manque de solidarité absolue avec l'homme en tant qu'homme. Cette solidarité est violée lorsque je vois l'injustice et le crime se produire. Il ne suffit pas que je mette prudemment ma vie en jeu pour l'empêcher. Si cela se produit et que je suis présent et reste en vie alors que l'autre est assassiné, alors il y a une voix en moi qui me fait réaliser : le fait que je sois encore en vie est ma faute. Des milliers d'Allemands ont cherché ou même trouvé la mort en résistant au régime, le plus souvent dans l'anonymat. Nous, qui sommes encore en vie, ne les avons pas cherchés. Nous ne sommes pas descendus dans la rue lorsque nos amis juifs ont été emmenés et nous n'avons pas crié pour qu'ils nous tuent aussi. Au contraire, nous sommes restés en vie, avec la faible, mais légitime, raison que notre mort ne servirait à rien de toute façon. Si nous vivons, c'est de notre faute. Nous sommes conscients devant Dieu de quelque chose qui nous rend profondément humbles. Il nous est arrivé quelque chose au cours de ces douze années qui marque un changement profond dans notre être. Nous sommes tous complices du fait que quelque chose dans les conditions spirituelles de la vie allemande a rendu ce régime possible. Nous devons prendre la responsabilité des pères. Nous sommes politiquement responsables de notre régime, de ses actions, d'avoir déclenché la guerre dans cette situation historique, et d'avoir permis à des dirigeants d'un certain type d'occuper le devant de la scène."

Lorsque le livre a été publié en 1946, l'officier américain qui supervisait l'université a remercié Jaspers pour ce livre, en disant qu'il avait été écrit non seulement pour les Allemands mais aussi pour les consciences des Alliés victorieux.

"Il n'est pas juste que le vainqueur se retire à nouveau dans sa coquille, en voulant être en paix, et ne regarde que ce qui se passe dans le monde."

Cela rappelle l'échec des puissances occidentales à tolérer l'invasion japonaise de la Mandchourie et, plus tard, la prise de contrôle de l'Abyssinie par l'Italie. Il reproche à l'Angleterre d'avoir permis à Mussolini de survivre en permettant que la résolution de la Société des Nations de Genève reste une affaire de papier. Elle n'a pas non plus su tirer parti de la volonté de Mussolini de s'opposer à Hitler. Jaspers rappelle comment, en 1933, le Vatican a conclu un concordat avec Hitler, comment tous les États ont reconnu le régime hitlérien, comment le monde entier a afflué à Berlin pour les Jeux olympiques, comment la France a supporté l'occupation de la Rhénanie par Hitler ; il rappelle même la honteuse lettre ouverte de Churchill à Hitler, ainsi que la façon dont l'Angleterre a conclu un pacte naval avec Hitler. Il n'oublie pas non plus que Staline a ensuite collaboré avec Hitler, ce qui a permis à ce dernier de déclencher la guerre. Il souligne qu'à cette époque, tous les États neutres sont restés à l'écart, ne se sont pas serrés les coudes et ne se sont pas battus. Jaspers demande : "Sommes-nous censés admettre que nous sommes les seuls coupables ?", mais ajoute ensuite de manière significative : "Nos réflexions sur la culpabilité servent à pénétrer le sens de notre propre culpabilité, même si nous parlons de la culpabilité des autres."

Car le problème fondamental n'est pas du tout quelque chose qui peut être résolu judiciairement, ou par quelques mesures juridiques ou organisationnelles. Jaspers a tout à fait raison : "...pour nous tous - en tant qu'individus - la chose suivante est vraie : nous ne voulons pas nous sentir innocents si facilement, nous ne voulons pas nous apitoyer sur nous-mêmes en tant que victimes d'un destin malheureux, nous ne voulons pas attendre des louanges pour la souffrance, mais nous voulons nous interroger, clarifier sans relâche pour nous-mêmes : où je me suis sentie à tort, où j'ai agi à tort - nous voulons trouver la faute autant que possible sur nous-mêmes et non sur les choses ou les autres...".

Il importe peu qu'il l'ait écrit à l'origine comme un Allemand à des Allemands. Nous devons aujourd'hui le lire comme le message d'un homme qui s'adresse aussi à nous personnellement, si nous voulons redevenir des "gens" au vrai sens du terme, c'est-à-dire à chacun d'entre nous qui a vécu même les dernières années de la débâcle qui s'est encore approprié le nom de "socialisme" et même de "démocratie". Personne ne peut être forcé à le faire, personne ne peut être contrôlé ; en fin de compte, chacun décide pour lui-même en la matière. La mesure de son authenticité ne peut se faire qu'à l'aune de la Vérité, dont personne n'a et n'aura jamais les "détenteurs" en son pouvoir.

Bien sûr, il ne s'agit pas seulement de nous, de la soi-disant question tchèque. Il s'agit avant tout d'une question européenne, à laquelle sont confrontés les citoyens de tous les pays et de tous les peuples qui souhaitent participer à la préparation puis à la construction de la "nouvelle Europe". Ce sont les Européens qui, aujourd'hui, doivent également admettre leur énorme culpabilité et leurs dettes envers le reste du monde. "Rendre notre culpabilité claire signifie en même temps rendre claire notre nouvelle vie et ses possibilités." Si cela ne se produit pas, cela signifiera en fait la fin de l'Europe.

Extrait de l'introduction de Ladislav Hejdánek, 2.7.2006

***

Extrait du paragraphe 1. Les quatre concepts de culpabilité

Les transgressions morales sont à la base des conditions à partir desquelles la culpabilité politique et le crime doivent encore se développer. Commettre d'innombrables petits actes de négligence, de complaisance, de justification bon marché de l'injustice, de soutien inaperçu à l'injustice, participer à la création d'une atmosphère publique qui répand la confusion et qui, en tant que telle, ne fait que favoriser le mal, tout cela a des conséquences qui, en partie, conditionnent également la culpabilité politique dans les conditions et les événements.

La sphère morale comprend une vague notion de la signification du pouvoir dans la coexistence humaine. Occulter cet état de fait fondamental est tout aussi coupable que d'affirmer faussement que le pouvoir est le seul déterminant des événements. C'est le destin de tout homme d'être impliqué dans les relations de pouvoir dans lesquelles il vit. C'est la culpabilité inévitable de tous, la culpabilité de l'humanité. Nous faisons face à cette culpabilité en défendant le pouvoir qui rend le droit, les droits de l'homme, réels. Négliger de coopérer à la structuration des relations de pouvoir, à la lutte pour le pouvoir au sens de servir la loi, est une culpabilité politique fondamentale qui est aussi une culpabilité morale. La culpabilité politique devient une culpabilité morale lorsque l'objectif du pouvoir - c'est-à-dire l'établissement de la loi, l'éthique et la pureté de la nation - est détruit par le pouvoir. Car là où le pouvoir ne se restreint pas, il y a la violence et la terreur qui aboutissent à la destruction de la vie et de l'âme.

Il y a un état d'aliénation de la majorité par rapport à la politique. Le pouvoir de l'État n'est pas ressenti comme une chose à part entière. L'homme n'a aucune conscience de sa responsabilité sociale, mais reste politiquement inactif, travaillant et agissant dans une obéissance aveugle. Il a une bonne conscience tant dans l'obéissance que dans la non-participation à ce que les détenteurs du pouvoir décident et font. Il supporte la réalité politique comme quelque chose d'étranger, en essayant de la traiter par des subterfuges pour ne pas perdre ses avantages personnels, ou il l'embrasse dans un enthousiasme aveugle et une volonté de sacrifice.

C'est la différence entre la liberté politique et la dictature politique, comprise depuis l'époque d'Hérodote comme la différence entre l'Occident et l'Orient (entre la liberté grecque et le despotisme perse). Mais ce n'est plus, en règle générale, aux individus de décider des conditions qui doivent prévaloir. L'individu y naît, heureux ou malheureux ; il doit assumer ce qui est là et ce qui est réel. Aucun individu ni aucun groupe ne peut soudainement - et pas même en une seule génération - changer ce postulat, sans lequel la vie de chacun d'entre nous est impensable.

Karl Jaspers 

***

Karl Jaspers : la culpabilité des autres

J.Š.

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Share

Komentovat články mohou pouze registrovaní uživatelé; prosím, zaregistrujte se (v levém sloupci zcela dole)