Jan Šinágl angažovaný občan, nezávislý publicista

   

Strojový překlad

Nejnovější komentáře

  • 09.04.2024 07:03
    A businessman from the USA wrote to me I don't know anyone ...

    Read more...

     
  • 09.04.2024 06:59
    Napsal mi podnikatel u USA: Neznám nikoho dalšího, kdo by ...

    Read more...

     
  • 08.04.2024 18:19
    Zdravim, pane Šinágl Ještě si někdo myslí, že ČR je právní ...

    Read more...

     
  • 08.04.2024 11:05
    Politici jako pokusné osoby Psychologie ovlivňuje chování ...

    Read more...

     
  • 07.04.2024 07:50
    Jenom mi stále chybí GENERÁLSKÁ policejní odpověď na triviální ...

    Read more...

     
  • 06.04.2024 13:54
    V roce 2050 bude bílých Evropanů v Západní Evropě, vzhledem k ...

    Read more...


Portál sinagl.cz byl vybrán do projektu WebArchiv

logo2
Ctění čtenáři, rádi bychom vám oznámili, že váš oblíbený portál byl vyhodnocen jako kvalitní zdroj informací a stránky byly zařazeny Národní knihovnou ČR do archivu webových stránek v rámci projektu WebArchiv.

Citát dne

Karel Havlíček Borovský
26. června r. 1850

KOMUNISMUS znamená v pravém a úplném smyslu bludné učení, že nikdo nemá míti žádné jmění, nýbrž, aby všechno bylo společné, a každý dostával jenom část zaslouženou a potřebnou k jeho výživě. Bez všelikých důkazů a výkladů vidí tedy hned na první pohled každý, že takové učení jest nanejvýš bláznovské, a že se mohlo jen vyrojiti z hlav několika pomatených lidí, kteří by vždy z člověka chtěli učiniti něco buď lepšího neb horšího, ale vždy něco jiného než je člověk.

 


SVOBODA  NENÍ  ZADARMO

„Lepší je být zbytečně vyzbrojen než beze zbraní bezmocný.“

Díky za dosavadní finanční podporu mé činnosti.

Po založení SODALES SOLONIS o.s., uvítáme podporu na číslo konta:
Raiffeisen Bank - 68689/5500
IBAN CZ 6555 0000000000000 68689
SWIFT: RZBCCZPP
Jan Šinágl,
předseda SODALES SOLONIS o.s.

Login Form

"La tâche de l'Europe n'est plus, et ne sera jamais, de gouverner le monde, ni de répandre par la force son idée de prospérité et de bonté, ni de lui imposer sa culture, ni même de lui faire la leçon. Sa seule tâche significative dans le siècle à venir est d'être le meilleur d'elle-même, c'est-à-dire de ressusciter et de projeter dans sa propre vie ses meilleures traditions spirituelles, et de participer ainsi de manière créative à la création d'un nouveau mode de coexistence mondiale".

Václav Havel

***

SPIEGEL 1 21.1.2023SPIEGEL 2 21.1.2023Celui qui a de l'argent a du pouvoir et des appétits toujours plus grands. Le risque est de perdre le sens commun. Il devient peu à peu victime lui-même, sans s'en douter. La majorité en paiera le prix, même si l'homme politique est de bonne foi. L'argent et le pouvoir qui lui est associé corrompent, peu y résistent. Peu de personnes honnêtes pénètrent dans leur "bulle", et encore moins changent les règles établies. Ceux qui ne coopèrent pas sont achetés ou détruits. Espérons que la guerre en Ukraine contribuera également à stopper cette tendance dangereuse et à modifier le comportement des politiques dans l'intérêt de l'Europe et de l'avenir du monde. Cela ne se produira pas sans la croissance de l'engagement civique, ni sans des dirigeants compétents. Cet article important n'est pas disponible dans les archives du SPIEGEL. Il ne figure même pas en première page. Les médias sont restés silencieux sur la corruption et les enquêtes pendant près de six mois. Espérons que la raison en est l'enquête en cours, et non l'intérêt de ceux qui détiennent le pouvoir à balayer l'affaire dans l'oubli. JŠ

***

EUROPA: SPIEGEL a eu l'occasion d'examiner des centaines de pages des dossiers d'enquête, y compris des transcriptions d'entretiens et de conversations enregistrées par les services secrets. Elles permettent de reconstituer le scandale de la corruption au Parlement européen - et laissent entrevoir qu'il pourrait être beaucoup plus important qu'on ne le pensait jusqu'à présent.

Que le réseau de Panzeri soit le seul de ce type à Bruxelles semble difficilement imaginable pour beaucoup. "Il y a un certain nombre de pays qui achètent de l'influence depuis longtemps et de manière systématique", déclare Viola von Cramon, eurodéputée écologiste. Outre le Qatar et le Maroc, il s'agit du Kazakhstan, de l'Azerbaïdjan et de la Russie. "Il faut faire toute la lumière sur cette affaire. C'est la crédibilité de la démocratie européenne qui est en jeu".

I. Les débuts : du Maroc au Qatar

Le Qatar reste à ce jour au centre du scandale, notamment parce que ce sont les Qataris qui auraient été pris en flagrant délit. Mais l'enquête concerne d'abord le Maroc.

Le coup d'envoi de l'enquête aurait été donné par un tuyau : Les services secrets d'un pays ami avertissent les Belges qu'une certaine organisation criminelle à Bruxelles tente de promouvoir les intérêts marocains avec l'aide de membres du Parlement européen.

Panzeri continue comme avant - et est éclipsé par la VSSE. Les enquêteurs recueillent de plus en plus de preuves que son réseau semble travailler secrètement pour influencer les institutions européennes, et en particulier le Parlement, en faveur du Maroc.

La DGED, le service de renseignement extérieur marocain, est également au premier plan de l'enquête. Son chef, Yassine Mansouri, serait impliqué dans l'influence exercée sur le Parlement européen. Selon les enquêteurs, il a rencontré l'eurodéputé Andrea Cozzolino, qui ferait également partie du réseau de Panzeri, et peut-être Panzeri lui-même.

Cette affaire est politiquement explosive. S'il est avéré, le scandale atteindrait les plus hautes sphères de l'État marocain.

Mansouri était l'un des enfants triés sur le volet qui ont fréquenté le Collège royal avec l'actuel roi Mohammed VI - une école située dans le palais royal qui n'ouvre une nouvelle classe que lorsqu'un enfant royal atteint l'âge de la scolarité. Plus tard, le prince et Mansouri ont étudié le droit. Une fois devenu roi, Mohammed VI a nommé Mansouri à la tête des services de renseignements étrangers.

Dans l'organigramme de la Moroccan Connection que l'on trouve dans les dossiers des enquêteurs belges, Mansouri est au sommet. Juste en dessous de lui se trouve Abderrahim Atmoun, l'ambassadeur du Maroc en Pologne qui dispose des meilleurs contacts à Bruxelles et à Paris. Selon les conclusions des enquêteurs, il aurait dirigé le groupe de Panzeri sur le terrain. Dès 2014, il a posté sur sa page Facebook une photo de lui et de son "cher ami" Panzeri.

L'amitié devait s'avérer payante. Lorsqu'Atmoun se rendait à Paris via Bruxelles, il emportait souvent de l'argent avec lui, selon la transcription de Giorgi. Lors de l'interrogatoire du 10 décembre, il a déclaré : "de petites sommes, mais au moins plusieurs dizaines de milliers d'euros". Il était apparemment clair pour les personnes impliquées que leurs activités étaient illégales, d'où l'utilisation de mots codés. "Lorsqu'ils allaient chercher de l'argent, ils parlaient d'acheter des costumes ou des cravates", a révélé M. Giorgi aux enquêteurs. Ni le gouvernement marocain ni Atmoun n'ont répondu à plusieurs demandes de renseignements.

Il y a des raisons pour lesquelles le gouvernement de Rabat était apparemment prêt à jouer de sales tours pour promouvoir ses intérêts vis-à-vis de l'UE. Les deux tiers du commerce extérieur du Maroc se font avec l'UE, comme l'a souligné Josep Borrell, représentant de l'UE pour les affaires étrangères, lors d'une récente visite à Rabat. Plus de la moitié des investissements étrangers au Maroc proviennent de l'UE, ce qui est "difficile à battre".  Le Maroc est également le principal bénéficiaire du financement de l'UE pour la coopération dans la région, avec un montant estimé à 1,6 milliard d'euros entre 2021 et 2027. La Commission européenne décide de l'utilisation spécifique de cet argent.

Le Maroc souhaite également obtenir un soutien politique de la part de l'UE dans le cadre du conflit en cours sur le Sahara occidental. Le Maroc occupe une grande partie du Sahara depuis des décennies et refuse d'accorder l'indépendance au peuple sahraoui. De son côté, l'UE compte sur le gouvernement marocain pour décourager les migrants africains de se rendre en Europe.

II. Les resquilleurs : le Qatar et la Mauritanie

En comparaison, le Qatar poursuit des intérêts presque insignifiants. Selon les enquêteurs, l'État du désert souhaite avant tout améliorer son image, qui a été ternie par des rapports faisant état d'un traitement parfois proche de l'esclavage des travailleurs sur les sites de la Coupe du monde. Ici aussi, les nombreux contacts de Panzeri portent leurs fruits.

"Tout a commencé en 2018", a déclaré son protégé Giorgi aux enquêteurs. Panzeri a rencontré Ali bin Samikh Al Marri, qui dirigeait alors le Comité national des droits de l'homme du Qatar. l En octobre 2021, Marri deviendra ministre du Travail. Il est donc responsable des conditions de travail sur les sites de la Coupe du monde.

La chance de Marri : Panzeri connaît quelqu'un qui a déjà un réseau influent au Parlement européen. Le Qatar bénéficie ainsi de ce que le Maroc semble avoir construit les années précédentes.

Panzeri conclura un accord avec le Qatar en 2019 - à l'automne, dit-il, quelques mois après avoir quitté le Parlement européen. Giorgi, qui est maintenant assistant de l'eurodéputé Cozzolino, dit qu'il a créé un "projet de lobbying" pour le Qatar. Le fichier Excel, stocké dans le nuage Google de M. Giorgi, parle d'une "approche en trois étapes" : "Arrêter les attaques des autres pays, souligner les aspects positifs, attaquer les autres pays". Ils se sont également mis d'accord sur le paiement, affirme M. Giorgi. Il ne se souvient plus des montants.

Marri a joué "à peu près le même rôle" que le Marocain Atmoun, a déclaré Giorgi aux enquêteurs. Cela signifierait que le ministre était directement responsable de la gestion du groupe Panzeri et de sa rémunération. La question de savoir si cela est vrai reste ouverte. M. Marri n'a pas répondu à plusieurs demandes de renseignements.

Il était apparemment clair pour les personnes impliquées dès le départ qu'il y avait plus qu'un simple lobbying en jeu. La nature secrète du paiement en dit long. Giorgi affirme avoir contacté une personne en Turquie, vraisemblablement d'origine palestinienne. Elle lui a donné un numéro de téléphone belge à appeler pour obtenir l'argent. "La personne de contact était différente à chaque fois", a déclaré M. Giorgi. Après chaque transaction, il effaçait tous les numéros de téléphone, "pour ne pas laisser de traces". Selon lui, cela se produisait au maximum deux ou trois fois par an. "C'était stressant pour moi", s'est plaint M. Giorgi lors de son interrogatoire.

Il a alors eu l'idée de créer une ONG pour recevoir l'argent. C'est ainsi qu'est née une ONG appelée Fight Impunity, qui prétend lutter contre l'impunité pour les violations des droits de l'homme. Panzeri apparaît toujours sur le site web de l'organisation en tant que président.

IV. Limitation des dommages

La Présidente du Parlement, Roberta Metsola, souhaite maintenant prendre des mesures dès que possible pour empêcher ou au moins rendre plus difficile la perpétration d'actes similaires à l'avenir. Cette semaine, la conservatrice maltaise a présenté un plan en 14 points : les députés ne devraient pas pouvoir faire du lobbying pendant qu'ils reçoivent des indemnités transitoires après avoir quitté leur fonction. Le site web du Parlement devrait à l'avenir publier en un seul endroit des informations sur les dons et les amendes pour les députés actifs, ainsi que des informations sur les voyages et les réunions.

Les "groupes d'amis" controversés des députés doivent être interdits afin que les pays non membres de l'UE n'utilisent que les canaux parlementaires officiels.

Les dons doivent toujours être signalés par les députés au président. La semaine dernière, Mme Metsola en a elle-même rendu 142 publiques. Entre le début du mois de février et la fin du mois de novembre 2022, elle en a reçu 125, enfreignant ainsi les règles parlementaires à 125 reprises. Ces règles stipulent que les députés doivent signaler la réception d'un don au plus tard à la fin du mois suivant.

En effet, les dons de Mme Metsola étaient principalement constitués de petits objets tels que des écharpes, des vases et des livres. D'autres députés, en revanche, ne se sont apparemment souvenus du voyage qu'après que le scandale de corruption a été rendu public.

Le démocrate-chrétien roumain Cristian-Silviu Busoi, par exemple, a fait payer son vol d'affaires pour une conférence au Qatar en février 2020, y compris quatre nuits dans le luxueux hôtel Ritz-Carlton. Il n'a pas soumis le formulaire approprié à temps parce que son personnel pensait à tort que la participation à la conférence ne relevait pas des dispositions du code de conduite, a expliqué l'homme politique du PPE.

Marc Tarabella a également été invité par le Qatar pour un voyage en février 2020, qu'il n'a pas notifié au Parlement européen. Maria Arena n'a pas non plus signalé une mission payée par le Qatar en mai 2022, raison pour laquelle elle a renoncé à la présidence de la commission des droits de l'homme la semaine dernière. Dans une déclaration, elle a rejeté la faute sur son secrétariat. Elle a déclaré à SPIEGEL qu'elle n'avait jamais reçu d'argent ou d'autres avantages de la part de représentants du Qatar ou du Maroc.

Les violations du code d'éthique peuvent être sanctionnées par la suppression des indemnités journalières, mais cela arrive rarement. Elles ne constituent pas encore une preuve concluante de corruption.

Jusqu'à présent, cette accusation n'a été portée que contre les sociaux-démocrates. La détention provisoire de Kaili a été à nouveau prolongée jeudi. Panzeri reste également en détention provisoire et risque une peine d'emprisonnement et une amende, selon le parquet belge. En outre, le million d'euros qu'il a gagné grâce à son activité illégale sera confisqué.

Le Groupe S&D a donné le choix à Tarabella et Cozzolino cette semaine : soit ils partent volontairement, soit ils seront expulsés. Cozzolino est parti, Tarabella a été expulsé. Le Parlement devrait décider à la mi-février, à la demande des autorités belges, de lever ou non leur immunité, ce que la plupart considèrent comme certain.

Dans le cas de Tarabella en particulier, l'affaire pourrait être grave. Selon la demande de levée d'immunité dont dispose le SPIEGEL, Panzeri l'a fortement condamné. Selon l'acte d'accusation, Panzeri a déclaré lors de l'interrogatoire du 10 décembre qu'il remettait à Tarabella, tous les deux mois, et plus récemment il y a environ six mois, un sac en papier contenant environ 20 000 euros. Au total, Tarabella a reçu de lui entre 120 000 et 140 000 euros en échange de la défense de "certaines positions" au Parlement au nom du Qatar.

Cette affaire a également des conséquences pour le Qatar et le Maroc. L'UE prévoyait de faciliter l'obtention de visas pour le Qatar, mais ce projet est désormais en suspens. Le gouvernement qatari rejette toute responsabilité et parle de "préjugés" et d'attaques unilatérales.

Il existe également un risque de problèmes importants entre l'UE et le Maroc. Si les allégations s'avèrent exactes, "il y aura des conséquences", déclare un fonctionnaire de l'UE. Des restrictions des relations diplomatiques et de la coopération en matière de renseignement, pouvant aller jusqu'à des sanctions contre des individus, sont à l'étude.

Qu'en est-il d'Eva Kaili ? Après son arrestation le 9 décembre 2022, elle a dû attendre quatre semaines entières avant d'être autorisée à voir sa fille. Les autorités ont utilisé l'enfant comme moyen de pression pour "briser" Eva Kaili, a déclaré son avocat Michalis Dimitrakopoulos à la télévision grecque. Il n'a pas répondu aux questions concernant les accusations portées contre Kaili. La relation entre Kaili et Giorgi risque également de souffrir du fait qu'ils se sont incriminés l'un l'autre pendant les interrogatoires. Kaili "ne faisait pas partie du réseau", a déclaré Giorgi, mais : bien sûr, Eva était au courant de l'argent et de son origine, puisque nous vivons ensemble. Kaili a affirmé qu'elle n'avait jamais pensé à l'origine de l'argent, mais qu'une partie de celui-ci appartenait à Panzeri.

Kaili affirme qu'elle ne savait qu'une chose : quel argent dans son appartement appartenait à qui. Giorgi n'a toujours eu que des billets en vrac. Contrairement à Panzeri, "qui avait des liasses de billets".

Recherche

Le traitement des plus de 1 300 pages de documents d'enquête reçus par SPIEGEL s'est avéré difficile. Non seulement les dossiers étaient rédigés en français, en néerlandais et en italien, mais les suspects utilisaient également des mots codés. Il a fallu plusieurs semaines pour identifier les détails et les personnes importantes et pour établir les connexions. Le résultat suggère que le scandale de la corruption n'est pas encore terminé.

Markus Becker, Rafael Buschmann, Nicola Naber, Raif Neukirch, Petra Truckendanner

Lire la suite>

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)
Share

Komentovat články mohou pouze registrovaní uživatelé; prosím, zaregistrujte se (v levém sloupci zcela dole)