Jan Šinágl angažovaný občan, nezávislý publicista

   

Strojový překlad

Nejnovější komentáře

  • 02.03.2021 08:33
    Jak rikame v Indii; Atcha! Asi vis, nesetkava se muj ...

    Read more...

     
  • 02.03.2021 08:29
    Vážený pane Šinágle, jak je vidět, oba dva uctíváme ty správné ...

    Read more...

     
  • 02.03.2021 08:25
    Ke dni 2. února byla vakcína Sputnik V. jedinou, při ...

    Read more...

     
  • 01.03.2021 17:24
    Pane Šinágle, jsem hltavým způsobem nucen číst Vaše články. Jsem ...

    Read more...

     
  • 01.03.2021 17:08
    ... Před chvílí jsem vylezl z další dávky chemoterapie s tím ...

    Read more...

     
  • 01.03.2021 09:27
    Co všechno se dnes píše o Trumpovi, Bidenovi, mluvčí a ...

    Read more...


Portál sinagl.cz byl vybrán do projektu WebArchiv

logo2
Ctění čtenáři, rádi bychom vám oznámili, že váš oblíbený portál byl vyhodnocen jako kvalitní zdroj informací a stránky byly zařazeny Národní knihovnou ČR do archivu webových stránek v rámci projektu WebArchiv.

Citát dne

„Komunismus znamená v pravém a úplném smyslu bludné učení, že nikdo nemá míti žádné jmění, nýbrž aby všechno bylo společné, a každý dostával jenom část zaslouženou a potřebnou k jeho výživě. – Bez všelijakých důkazů a výkladů vidí tedy hned na první pohled každý, že takové učení jest nanejvýš bláznovské, a že se mohlo jen vyrojiti z hlav několika pomatených lidí, kteří by vždy z člověka chtěli učiniti něco buď lepšího neb horšího, ale vždy něco jiného než je člověk.“

Karel Havlíček Borovský ve svém časopise „SLOVAN“ 26.7.1850


SVOBODA  NENÍ  ZADARMO

„Lepší je být zbytečně vyzbrojen než beze zbraní bezmocný.“

Díky za dosavadní finanční podporu mé činnosti.

Po založení SODALES SOLONIS o.s., uvítáme podporu na číslo konta:
Raiffeisen Bank - 68689/5500
IBAN CZ 6555 0000000000000 68689
SWIFT: RZBCCZPP
Jan Šinágl,
předseda SODALES SOLONIS o.s.

Login Form

Articles en français

Après la tempête provoquée par la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, les troupes du président se sont succédé dans les médias pour étaler leurs désaccords.

« Marginal » ou « indubitable » ? Le gouvernement semble avoir perdu sa boussole pour qualifier l’« islamo-gauchisme », phénomène dont la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, estime qu’il « gangrène » l’université.

Durant tout le week-end, les troupes d’Emmanuel Macron se sont succédé dans les médias pour étaler leurs désaccords, un classique au sein de l’exécutif quand arrivent les questions de laïcité ou d’identité. « Si phénomène il y a, il est extrêmement marginal, a ainsi évacué, dimanche 21 février, sur RTL, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. La priorité aujourd’hui pour le gouvernement c’est d’aider les étudiants à traverser cette crise [due au Covid-19]. » La veille, pourtant, sur BFM-TV, son collègue ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, qualifiait l’« islamo-gauchisme » de « fait social indubitable »« Ce serait vraiment ne pas regarder la vérité en face que de ne pas voir que l’université, les services publics, des associations sont touchés par l’islamisme aidé parfois par les gauchistes », a appuyé pour sa part le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, dimanche sur Radio J.

Orban a Ritter 19.1.2021Hongrie – Lorsqu’on évoque la tragédie de la déportation des Allemands d’Europe centrale et orientale après la Seconde Guerre mondiale, on pense essentiellement aux décrets Beneš et à l’expulsion des trois millions d’Allemands des Sudètes et des neuf millions d’Allemands de Silésie, Poméranie et Prusse orientale expulsés par la Pologne et l’Union soviétique. Dans le cas de la Hongrie, il ne s’agit pas des habitants de provinces conquises ou reconquises, mais d’une partie de la minorité allemande établie d’assez longue date dans le pays.

Les Souabes de Hongrie sont les descendants d’immigrés et de colons allemands qui se sont installés dans le pays entre 1689 et 1740, en grande partie dans le cadre d’un programme de repeuplement, principalement en Transdanubie (Esztergom, Pest, Fejér, Veszprém, Komárom, Győr), dans l’Alföld (Szabolcs, Békés, Hajdú-Bihar, Bács) et dans le massif du Nord (Hont, Heves, Zemplén). Ils étaient essentiellement originaires d’Allemagne du Sud (Souabe, Bavière, Lorraine, Alsace, Palatinat, Autriche) et de Saxe, d’où leur appellation de Souabes (Sváb) en Hongrie et de Saxons en Transylvanie. On en comptait jusqu’à un million et demi dans l’ensemble du royaume de Hongrie avant la Première Guerre mondiale. La plupart de ces Allemands ethniques se sont installés après la reconquête des territoires hongrois sur l’empire ottoman courant XVIIIe siècle, alors que les villages hongrois avaient été dépeuplés par la Grande Porte. Les Bavarois et Wurtembergeois ont constitué l’essentiel des Souabes du Danube, aussi appelés Allemands du Danube, réputés pour leur artisanat, leur connaissance de la viticulture et leur réseau commercial danubien faisant le lien entre le sud des pays allemands et la Hongrie.

Fadil ImaneDans une émission télévisée italienne, Souad Sbai, journaliste et ancienne députée italienne, revient à la charge. Elle accuse publiquement l’ambassadeur du Maroc en Italie, Hassan Abouyoub, d’être impliqué dans le décès dans des circonstances étranges d’Imane Fadil, ex-mannequin marocain et l’un des principaux témoins dans l’affaire du Rubygate contre Silvio Berlusconi.

Souad Sbai pointe du doigt le silence, pour elle parlant et même en disant long, de Hassan Abouyoub en affirmant sur la chaîne italienne La7, et plus précisément dans l’émission « Non è l’Arena » : « Trente jours après la mort d’Imane Fadil, le silence de l’ambassadeur est anormal. Pourquoi, alors qu’il sait qu’un citoyen de son pays est mort, il ne décroche pas son téléphone ? Je ne comprends pas ». C’était ce 31 mars.

Cette dernière d’ailleurs indique qu’elle n’accuse ni l’ambassade du Maroc en Italie, ni les services secrets marocains : « Je n’ai pas parlé de l’ambassade du Maroc mais de l’ambassadeur. Il connaissait tant de jeunes femmes ». En outre, elle a déclaré : « Je n’ai jamais fait de déclarations sur les services secrets marocains et au sujet de la mort d’Imane Fadil j’ai simplement demandé au désormais ex-ambassadeur de s’engager pour la vérité et la justice ».

Dans son rapport annuel sur la situation des droits humains au Maroc, Human Rights Watch (HRW) a critiqué vertement la dérive répressive de l’État. Un rapport qui ne manquera pas de faire réagir les pouvoirs publics. 

L’année 2020 a été marquée par une «répression contre des commentateurs des réseaux sociaux, des artistes et des journalistes exprimant des opinions critiques à l’égard de la monarchie», a indiqué  H.R.W. L’ONG a affirmé qu’avant même que les manifestations et les réunions publiques ne soient interdites afin de contenir la propagation du coronavirus, les autorités marocaines «avaient déjà interdit plusieurs rassemblements publiques des groupes d’opposition et continué d’entraver les activités de certaines organisations de défense des droits humains».

Moulay el HassanLe prince héritier du Maroc, Moulay El Hassan, fils du roi Mohammed VI et de la princesse Lalla Salma, a un lourd fardeau, alors qu’il n’a même pas atteint la majorité.

Alors qu’il n’a que 17 ans, le prince héritier du Maroc, Moulay El Hassan, fait face à de lourdes responsabilités que le futur remplaçant du roi Mohammed VI devra assumer, sans quoi, il pourrait compromettre la stabilité de la famille royale. Entre autres, réussir la réconciliation entre sa mère, Lalla Salma, et sa tante, Lalla Hasnaa.

Voilà plus de deux ans que la famille royale marocaine est au cœur de toutes les attentions. Déjà que le Maroc a toujours attiré l’attention de l’Afrique et du monde entier, du fait notamment que ce pays, géré des mains de maître par le roi Mohammed VI, est au centre du dispositif continental sécuritaire. Le royaume étant au premier rang dans la lutte contre le terrorisme, certes, mais aussi un acteur principal dans le combat que mène l’Europe contre l’émigration clandestine.